Consommer bio

Manger local, c’est aussi bien que manger bio

Faux. Consommer des produits locaux peut donner l’impression de manger plus sain, plus écolo mais ce n’est qu’une impression!

D’abord, seuls les produits bio apportent des garanties en répondant à un cahier des charges exigeant : les produits bio sont cultivés sans pesticides de synthèse, sans engrais chimiques et sans OGM. Le produit local sans signe officiel de qualité, quant à lui, n’apporte aucune garantie sur le mode de production.

Et le bilan carbone alors?
Réduire le transport des produits est bénéfique pour l’environnement mais ce n’est pas la principale source d’émission de gaz à effet de serre. Contrairement à ce que l’on croit, l’impact environnemental des produits agricoles et agroalimentaires dépend plus du mode de production que du transport comme l’explique une étude du Commissariat Général au Développement Durable*. Le rapport montre que 57 % des émissions de gaz à effet de serre de la chaîne alimentaire sont liés à la production et seulement 17 % au transport. Cela favorise le bilan environnemental des produits bio qui ne requièrent ni engrais ni pesticides de synthèse (dont la fabrication génère d’importantes émissions de gaz à effet de serre) et qui préservent la qualité de l’eau et la biodiversité.

La consommation en denrées locales, produites et/ou transformées à proximité du lieu de consommation, est bénéfique pour le développement économique de la région. Cela permet de maintenir et de développer des activités économiques sur nos territoires. C’est son avantage et c'est le seul pour le local.

Pour toutes ces raisons : consommer BIO et LOCAL c’est l’IDEAL !

http://bioetlocalcestlideal.org/

* Le Point sur | n°158 | Mars 2013

Les produits bio sont plus dangereux pour la santé ?

Sous prétexte que l’agriculture biologique est plus naturelle, elle comporterait des risques en terme de qualité sanitaire des aliments. C’est une idée reçue que l’on entend souvent. Le produit bio que vous achetez est soumis aux mêmes règles sanitaires et d’hygiène que les autres produits alimentaires. Dès lors, un produit bio ne peut être dangereux pour la santé parce qu’il est bio.

Au contraire, les produits bio sont bons pour la santé car ils contiennent :

  • moins de pesticides et moins de métaux lourds (-48%) ;
  • davantage de polyphénols (jusqu’à 60% de plus) et d’antioxydants que les produits conventionnels.

C’est ce que montre une équipe internationale d’experts, dirigée par l’université de Newcastle au Royaume-Uni, dans une étude sur les avantages et/ou désavantages nutritionnels, des cultures ou aliments à base de plantes cultivées en agriculture biologique (AB), face à ceux issus de l’agriculture conventionnelle.

Pour aller plus sur le sujet "produits bio et santé" : www.mangerbiocestmieux.fr

L’agriculture bio n’a-t-elle de bio que son nom ?

L’agriculture biologique n’est pas une marque, c’est un mode de production très contrôlé. Si ces contrôles montrent que l’agriculteur respecte scrupuleusement les conditions de production biologique, ses produits reçoivent un label (le label AB). Ce label peut apporter une plus-value commerciale à un produit, ce qui est recherché par de nombreux distributeurs et producteurs, en raison des coûts de production qui peuvent être plus élevés.

Cependant pour beaucoup de producteurs également, l’engagement vers l’agriculture biologique répond à un choix plus profond : ils cherchent un moyen de préserver l’environnement, de donner du sens à leur travail, de produire des aliments sains, etc. La certification leur permet de rendre crédible leur engagement.

 

Consommer bio coûte-t-il plus cher ?

Le prix à l’achat des produits bio varie en fonction du lieu,  du mode d’achat et du type de produit. Sur les étals des marchés par exemple, les produits biologiques locaux et de saison– fruits et légumes en particulier - sont souvent au même prix que les produits non bio. En moyenne, il est vrai que les produits bio sont plus chers à l’achat (viande, œufs, épicerie) dans les magasins.

Deux points méritent cependant un intérêt :

1/ Peut-on vraiment comparer les prix de produits qui diffèrent ?

Les produits bio sont élaborés sans pesticide ni engrais chimiques, donc respectueux de l’environnement, notamment des sols, de la ressource en eau, de la biodiversité ; les produits bio ne contiennent pas d’OGM. En outre, ils sont souvent plus savoureux et plus riches en oligo-éléments. Les produits bio ont donc des avantages comparatifs immédiats sur les produits non bio.

2/ Il convient ensuite de distinguer le coût d’achat du coût sociétal d’un produit

L’énumération n’est pas exhaustive mais de nombreux indicateurs témoignent de l’intérêt de la production biologique pour la société. Le coût des produits bio à l’achat est à relativiser au regard des économies substantielles que la production biologique génère. L’agriculture biologique emploie plus de main d’œuvre (Agreste, 2001 ; Rapport FNAB-DATAR, 1998), confortant l’activité économique dans les fermes et dans les zones rurales. Les agriculteurs biologiques touchent moins d’aides agricoles (environ 30% en moyenne). La consommation énergétique des fermes bio est moins élevée (Risoud et Bochu, publié dans Alter Agri n°55 ; Pimental et al., 2005), réduisant ainsi la contribution de cette activité à l’effet de serre. Selon l’étude TERRE, menée en 1998 et 1999 et à laquelle la Mutualité Sociale Agricole a contribué, le risque d'être atteint par la maladie de Parkinson est multiplié par 1,9 en milieu agricole et par 1,8 pour les personnes longuement exposées aux pesticides. Selon d’autres études, le risque de développer certains cancers spécifiques apparaît plus fréquent parmi les agriculteurs. Ces problèmes graves de santé publique génèrent des coûts non négligeables pour la société. Le coût de dépollution d’uneeaucontaminée à plus de 50mg/l de nitrates revient 27 fois plus cher que d’encourager financièrement les agriculteurs à produire bio (expérience de Munich, Allemagne).

 

 

Collectivités

Produire Bio

Est-ce que cultiver en bio revient à cultiver comme mon grand-père ?

Non. Cultiver en bio, c’est chercher à prévenir plutôt que guérir, c’est chercher à trouver dans le système agronomique un équilibre le plus proche possible de celui du milieu naturel… Et finalement cela peut demander beaucoup de technicité, en particulier au moment de la conception du système !

On peut repenser la rotation des cultures et les variétés à utiliser, favoriser la présence d’auxiliaires des cultures par des bandes fleuries, des haies, des réservoirs artificiels, et si besoin utiliser des produits de traitement d’origine naturelle.
La situation est différente pour chaque système (maraîchage, vergers, polyculture, élevage, vignes,…) et pour chaque ferme, mais les agriculteurs et les viticulteurs biologiques de la région sont là pour témoigner que c'est possible et que ça marche. Il suffit de venir voir ce qui se passe dans les fermes et comment les agriculteurs biologiques travaillent lors de portes ouvertes ou sur demande.

Vous trouverez dans cette rubrique les questions qui reviennent le plus souvent autour l'agriculture biologique.

Galerie Flickr

Adresse

Fédération Régionale des AgroBiologistes

de Champagne-Ardenne

Complexe agricole du Mont-Bernard

(Bât. France Luzerne)
51 000 CHALONS-EN-CHAMPAGNE
Tél : 03 26 64 96 81 – Fax : 03 26 64 96 80
  Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. 

marker



A propos

La Fédération Régionale des AgroBiologistes de Champagne-Ardenne est une association de loi 1901. Elle a été créée en 1997 avec un objectif clair : rassembler les moyens pour développer la production biologique alors peu présente sur le territoire régional.

Elle a un rôle d'accompagnement et d'information des producteurs bio, de sensibilisation des producteurs non bio, de défense de l'agriculture biologique et de coordination des projets menés dans la région en matière de production bio.